Les meilleurs diplomates égyptiens et turcs tiennent leurs premiers pourparlers au Caire depuis une décennie | Nouvelles


Le FM égyptien Sameh Shoukry et son homologue turc Mevlut Cavusoglu ont déclaré que les relations diplomatiques devaient être portées au niveau d’ambassadeur “dès que possible”.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères a déclaré que des pourparlers avec la Turquie sur la possibilité de rétablir les liens au niveau des ambassadeurs auraient lieu au “moment approprié” lors de la première visite au Caire du plus haut diplomate turc depuis la rupture des relations il y a dix ans.

Lors d’une conférence de presse conjointe samedi, le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry et son homologue turc Mevlut Cavusoglu ont déclaré que la Turquie porterait ses relations diplomatiques avec l’Égypte au niveau d’ambassadeur “dès que possible”.

“Je suis très heureux que nous prenions des mesures concrètes pour normaliser les relations avec l’Egypte… Nous ferons de notre mieux pour ne pas rompre à nouveau nos liens à l’avenir”, a déclaré Cavusoglu.

Shoukry a déclaré: “Nous entamerons des pourparlers (sur la restauration des ambassadeurs) au moment opportun, en fonction des résultats positifs que cela apportera.”

Les liens entre la Turquie et l’Égypte ont été gravement tendus après que le chef de l’armée égyptienne de l’époque, Abdel Fattah el-Sisi, a dirigé le retrait de Mohamed Morsi des Frères musulmans, un allié d’Ankara, en 2013. El-Sisi a été élu président l’année suivante.

Les deux pays ont également été en désaccord ces dernières années sur la Libye, où ils ont soutenu des factions opposées dans un conflit non résolu, ainsi que sur les frontières maritimes de la Méditerranée orientale, riche en gaz.

Cavusoglu a déclaré samedi que le président turc Recep Tayyip Erdogan et el-Sissi égyptien se rencontreraient “après les élections turques”, y compris l’élection présidentielle prévue le 14 mai, pour marquer la fin d’une décennie d’éloignement entre les deux pays.

Les relations diplomatiques “toujours faibles”

Reportant d’Istanbul, Resul Serdar d’Al Jazeera a déclaré que deux questions interdépendantes restent non résolues dans les relations Égypte-Turquie.

“Il y a une promesse de rétablissement des liens, mais les relations au niveau diplomatique sont encore assez faibles”, a déclaré Serdar, soulignant que les positions opposées des pays sur la Libye et la Méditerranée orientale sont les principaux points de friction.

« La Turquie et l’Égypte soutiennent des camps différents. La Turquie soutient le gouvernement internationalement reconnu basé à Tripoli [in Libya] tandis que l’Égypte soutient Benghazi, Khalifa Haftar et son armée là-bas », a déclaré Serdar.

La Libye a connu peu de paix depuis le soulèvement soutenu par l’OTAN en 2011 qui a renversé Mouammar Kadhafi, et elle s’est scindée en 2014 entre des factions rivales orientales et occidentales, entraînant des puissances régionales.

« En 2019, le Forum du gaz de la Méditerranée orientale a été formé… mais la Turquie a été délibérément exclue. En réponse, la Turquie a signé un accord maritime avec le gouvernement basé à Tripoli », a ajouté Serdar.

Des consultations entre de hauts responsables du ministère des Affaires étrangères à Ankara et au Caire ont commencé en 2021 dans un contexte de pression de la Turquie pour apaiser les tensions avec l’Égypte, les Émirats arabes unis, Israël et l’Arabie saoudite.

Dans le cadre de cette tentative de réconciliation, Ankara a demandé aux chaînes de télévision égyptiennes d’opposition opérant en Turquie de modérer leurs critiques à l’égard de l’Égypte.

Morsi mort en prison en Égypte en 2019. D’autres hauts responsables des Frères musulmans sont emprisonnés en Égypte ou ont fui à l’étranger, et le groupe reste interdit.

Le mois dernier, Shoukry s’est rendu en Turquie en signe de solidarité après le tremblements de terre massifs qui a tué plus de 50 000 personnes en Turquie et en Syrie.

Le gouvernement égyptien, qui a du mal à gérer une grave pénurie de devises étrangères, a déclaré que les entreprises turques s’étaient engagées à investir 500 millions de dollars dans de nouveaux investissements en Égypte.



Source link

Leave a Comment